Prévention de la rougeole à destination des voyageurs

Prévention de la rougeole à destination des voyageurs

Une émergence de la rougeole est observée dans toutes les régions du monde et des épidémies sont actuellement en cours dans plusieurs pays de la zone Pacifique.

La rougeole est une maladie due à un virus qui se transmet très facilement à partir par la toux ou les éternuements.

La maladie peut être à l’origine de graves complications chez les enfants de moins de un an et chez les jeunes adultes.

La vaccination, mesure de protection individuelle et collective, est le seul moyen efficace de prévenir la rougeole.

Deux doses du vaccin trivalent ROR (rougeole-oreillons-rubéole) permettent une protection proche de 100%. Les enfants, adolescents et adultes (nés à partir de 1980) n’ayant pas eu la rougeole et non ou incomplètement vaccinés doivent effectuer une vaccination de rattrapage jusqu’à un total de deux doses.

Les échanges entre la Polynésie française et les pays de la zone Pacifique étant fréquents (rassemblement sportifs, religieux, culturels, etc.), la Direction de la santé recommande à tous les voyageurs d’être vaccinés contre la rougeole, au départ comme à l’arrivée sur le territoire.

La vaccination des voyageurs est indispensable pour prévenir l’introduction de la rougeole en Polynésie française et la dissémination de la maladie dans d’autres pays.

Avant votre départ

Vous devez consulter votre médecin qui vérifiera votre protection contre la rougeole ( antécédents de maladie dans l’enfance ou de deux doses de vaccin injectées). Si nécessaire, il vous prescrira une vaccination (il faut un intervalle d’un mois minimum entre les deux doses de vaccin ROR).

Au cours de votre voyage

  • Une preuve de vaccination peut être demandée par les autorités aériennes ou sanitaires locales
  • Pensez à emporter votre carnet de santé!
  • En cas de contacts récents avec une personne suspecte de rougeole et en absence de preuve de protection contre le virus, 1′ embarquement sur le vol de retour pour le Fenua peut être refusé avec risque de mise en quarantaine (jusqu’à confirmation d’une immunité ou une vaccination).