Les trinômes académiques
Éducation nationale – Défense – IHEDN

Le polynôme académique de Polynésie française
Éducation nationale – gouvernement de la Polynésie française –
Défense – IHEDN

En 1982, les ministres de l’Éducation nationale et de la Défense signaient un protocole qui déclarait en préambule « La notion de sécurité est indissociable en France de l’existence d’une communauté nationale façonnée par l’Histoire, animée d’un véritable esprit de défense.

La mission de l’éducation nationale est d’assurer une éducation globale visant à former de futurs citoyens responsables. L’esprit de défense est en effet inséparable de l’éducation civique globale du citoyen et, en 1988, en application du protocole de 1982, est conçue une organisation originale, décentralisée au niveau des académies, placée sous l’autorité du Recteur assisté de l’autorité militaire territoriale et du Président de l’Association régionale des auditeurs de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN).

Leurs représentants constituent le Trinôme académique. Cette organisation a été confirmée par le protocole éducation nationale – défense de 1989 puis par celui de 1995.
Les trinômes ont pour charge de dispenser à l’ensemble des responsables du système éducatif, mais essentiellement aux professeurs, un enseignement de Défense sous forme de conférences, séminaires, débats, visites d’installations militaires ou travaillant pour la Défense.

Pour concrétiser cette mission, le ministère de l’Education nationale a introduit explicitement l’éducation à la défense dans les programmes d’éducation civique des classes de troisième en 1998 (B.O. n°10 du 15 octobre 1998), de première en 2000 (ECJS, B.O. hors série n°7 du 31 août 2000), et de terminale en 2001. Pour aider les personnels de l’Education nationale et plus particulièrement les enseignants à remplir cette obligation, il existe dans chaque académie un  » trinôme académique  » composé d’un représentant du ministère de l’éducation nationale, d’un représentant du ministère de la défense et d’un représentant de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale.

Le rôle essentiel de ce dispositif a été confirmé par la signature le 23 juillet 2004 d’une convention-cadre relative aux activités des trinômes académiques.
Le 18 janvier, la commission quadripartite pour la promotion de l’esprit de défense a approuvé un document de référence intitulé « Orientations générales et recommandations » pour conduire l’action des trinômes académiques.

Le protocole de 2007, actuellement en vigueur (B.O n°32 du 13 septembre 2007), renforce notamment la cohérence du parcours de citoyenneté.
L’enseignement de défense, inscrit dans le socle commun de connaissances et de compétences de l’éducation nationale, est l’objet d’une prise en charge par toutes les disciplines.
Les enseignants sont sensibilisés ou formés de façon plus approfondie à la défense globale dans les ESPE, à l’ESEN, tout aussi bien que dans les actions conduites par les trinômes, dont le rôle est réaffirmé par le protocole.

L’éducation à la défense est prescrite par le Code de l’Education. Avec la suspension de la conscription, l’action des trinômes académiques s’avère de plus en plus nécessaire puisque c’est, à travers la formation des enseignants aux problèmes de défense, que se développera chez les jeunes français, garçons et filles, futurs adultes et à ce titre futurs citoyens, l’esprit de défense.
Un protocole d’accord entre la Polynésie française, le ministère de la Défense, et le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche a été conclu le 05 février 2009.
Conformément au titre IV du protocole, et en particulier son 2ème alinéa « le rôle du Trinôme », la Polynésie française s’est associée au Trinôme pré-existant qui a pris le titre de « Polynôme de la Polynésie française ».

Ces dispositions ont été formalisées par écrit le 18 février 2009.