[Revue de presse] Encore 6% de jeunes illettrés en Polynésie

[Revue de presse] Encore 6% de jeunes illettrés en Polynésie

Source : TNTV

Les journées de lutte contre l’illettrisme sont nationales, mais concernent aussi la Polynésie. Car le fenua compte encore 6% d’illettrés. Depuis 2009, le Pays, l’État et les forces armées sont associés pour lutter contre ce fléau.

 

Crédit photo : Présidence de la Polynésie française

Crédit photo : Présidence de la Polynésie française

L’illettrisme était au cœur des débats ce mardi matin à la  DGEE (Direction Générale de l’Éducation et de l’Enseignement) à Pirae, sous l’égide notamment du ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports. En présence des autorités militaires, de l’IHEDN(Institut des hautes études de la défense nationale), du représentant du vice-recteur, de chefs d’établissement et d’acteurs de terrain, le ministère de l’Éducation de la jeunesse et des sports a fait un point sur l’illettrisme en Polynésie française.

Le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports a engagé depuis 2015 des actions de lutte contre l’illettrisme et le décrochage scolaire car le fenua compte encore 6% d’illettrés (pourcentage de jeunes d’une tranche d’âge repérés comme suspectés d’illettrisme au test de dépistage de l’illettrisme des Journées défense et citoyenneté). Mais ce chiffre est sans doute surestimé quand on sait qu’un certain nombre de jeunes prennent à la légère ce test sans enjeu pour eux et y répondent de façon fantaisiste. Cet indicateur permettra néanmoins de surveiller l’évolution dans le temps de cette valeur en tant que témoin du risque d’aggravation ou au contraire de résorption de ce fléau social qu’est l’illettrisme.

 « Agir ensemble contre l’illettrisme en Polynésie française »

Crédit photo : Présidence de la Polynésie française

Crédit photo : Présidence de la Polynésie française

L’an passé, 671 jeunes étaient suspectés d’illettrisme, contre 652 en 2016. « Même si on est illettrés, on peut avancer. Il faut apprendre et ne pas avoir peur. Ce n’est pas une honte. D’aller vers le RSMA ouvre les portes » confie Amalia, venue témoigner lors de la journée nationale de lutte contre l’illettrisme ce 18 septembre. Comme Puura Tinorua, également présent. Le jeune homme de 24 ans est entré au RSMA pour accéder à une formation professionnelle. C’est au régiment qu’ils ont tous deux appris à lire : « Avec l’aide de mes professeurs et le RSMA, de la volonté et de la persévérance je ne suis plus illettrée aujourd’hui. Il ne faut pas baisser les bras ».

Le RSMA recrute chaque année plus de 30% de jeunes illettrés. Mais grâce à 5 professeurs mis à disposition par le ministère de l’éducation, ils bénéficient d’une remise à niveau. L’État, le pays, l’armée et l’association régionale de l’institut des hautes études de défense nationale combattent ensemble l’illettrisme. La mission de lutte contre le décrochage scolaire vient soutenir les actions déjà en place.

Rédaction web avec  Sophie Guébel 

 

Encore 6% de jeunes illettrés en Polynésie